Neuromusicotricite.be

Présentation

Qui suis-je ? Quel est mon parcours personnel et professionnel ? Quel est mon rapport avec la neuromusicotricité ?

Je suis actuellement Enseignante dans un établissement scolaire spécialisé de Type 4 et 5 qui accueille des jeunes âgés de 12 à 21 ans. Ces jeunes sont atteints de handicaps physiques et/ou de maladies. Ils peuvent par ailleurs être atteints de handicaps mentaux associés, ce qui impose un ajustement des formes d'enseignement qui leurs sont proposés.

J'y donne des cours d'«adaptation sociale» auprès d'élèves suivant l'enseignement de Forme 1, ainsi que des cours d' «activités de communication et de socialisation» et plus précisément cours d' «Éveil» auprès d'élèves suivant l'enseignement de Forme 2.
Mon diplôme initial est celui d'«Éducatrice Spécialisée A1» (2002). Le choix du sujet de mon Travail de Fin d'Études (TFE) m'orientait déjà à ce moment-là vers les pratiques artistiques en lien avec l'expression des enfants et s'intitulait : «L'art brut comme moyen d'expression chez l'enfant psychotique» ; ce TFE a obtenu une grande distinction.

Soucieuse de compléter ma formation d'éducatrice spécialisée, j'ai alors directement enchainé avec un cursus de «Spécialisation en Psychomotricité» (2003). Le travail du vécu du corps prend alors une place importante et oriente le choix du sujet de mon Travail de Spécialisation (TS) : «Comment aider un enfant malade et hospitalisé depuis sa naissance à mieux vivre son corps ?». Ce TS également a obtenu une grande distinction.

J'ai travaillé huit ans en tant qu'éducatrice spécialisée dans un Service d'Accueil de Jour pour Adultes (SAJA) handicapés mentaux sévères et profonds au sein duquel j'ai pu exercer mes activités de prédilection.

Après quelques années de pratiques diversifiées dans ce domaine, j'ai intégré l'Enseignement Spécialisé. Ce changement de carrière a nécessité l'obtention d'un Certificat d'Aptitudes Pédagogiques (CAP) que j'ai acquis au Jury Central de la Fédération Wallonie-Bruxelles, devenant «Enseignante en Techniques Éducatives» (2013). Ce certificat m'a amenée à approfondir mes matières de prédilection en pédagogie et m'a conduite vers ce Travail de Certification : «La fiche technique d'animation», qui a obtenu une distinction.

L'enseignement ne me permettant pas d'obtenir un emploi à temps plein immédiatement, j'ai travaillé parallèlement pendant 2 ans en tant qu' «Animatrice Spécialisée» dans une ludothèque adaptée aux personnes handicapées. Cette expérience m'a permis de m'enrichir d'une approche jusqu'alors inexploitée dans ma pratique : la ludopédagogie.

Mon horaire encore partiel à l'époque est alors complété par des heures d'« intégration ». J'ai ainsi eu la chance d'être «Enseignante en Intégration» afin d'accompagner des élèves atteints de handicaps, et notamment de troubles d'apprentissages, dans l'enseignement ordinaire durant 2 ans. Cette expérience fut pour moi une révélation à plusieurs niveaux.

Mes passions pour l'art, et particulièrement l'art brut comme moyen d'expression m'ont naturellement orientée vers une formation supplémentaire : l'Art-Thérapie. Riche de plusieurs enseignements, j'obtiens alors un «Certificat de Formation en Art-Thérapie» (2016) du service de Post-Formation la Haute Ecole de la Province de Liège : Forma +.

Toutes ces circonstances et expériences professionnelles m'ont donné l'envie d'approfondir mes connaissances en matière d'éducation. J'ai choisi ainsi de reprendre des études de Master en Sciences de l'Éducation via le Service d'Enseignement A Distance (SEAD) de l'Université de Lille. Un Travail d'Étude et de Recherche Théorique (TER) sur le sujet de «L'intégration en enseignement inclusif des enfants à besoins éducatifs spécifiques» ayant obtenu une grande distinction ainsi qu'un Travail d'Étude et de Recherche Empirique (TER) sur «La bouc-émissairisation des enfants à besoins éducatifs spécifiques en enseignement inclusif» ayant obtenu une grande distinction m'ont donné diplôme de «Maîtrise en Sciences de l'Éducation» (2019).

Durant ce cursus, j'ai réalisé plusieurs formations supplémentaires afin de me spécialiser à propos de : «Les Troubles Dys : Module de base, module parents & module professionnels»(2019) via l'Université de Pittesti ; «Le point sur le TDA/H : comprendre, soutenir et accompagner les jeunes» (2020) via l'Université de Laval ainsi que «Musique 2.0 : Activités musicales pour stimuler les fonctions exécutives et le langage au préscolaire et au premier cycle du primaire» (2020) via le Laboratoire MusAlpha de l'Université de Laval.

Mon envie d'aller plus loin en matière d'éducation et de pédagogie m'ont orientée vers une deuxième année de Master dans la filière Analyses, Études et Recherches sur le Travail Éducatif et la Formation (AERTEF). Mes parcours académique, formatif, professionnel et personnel m'ont naturellement guidée vers un travail de recherche qui lierait les pratiques artistiques et corporelles afin de favoriser les apprentissages des enfants atteints de Troubles Spécifiques du Langage et des Apprentissages (TSLA) et qui m'ont amenée à me poser la question suivante: «En quoi les aspects intrinsèques de la musique, et notamment le rythme, assimilés par le corps en mouvement, pourraient-ils être un facteur améliorant la fluence de la lecture chez les enfants atteints de Troubles Spécifiques du Langage et des Apprentissages ?».

Les techniques artistiques et psychocorporelles n'étant habituellement pas liées aux acquisitions scolaires, j'ai tenu à expérimenter une technique par moi-même en réalisant une recherche-action au sein d'un établissement scolaire primaire spécialisé dans les TSLA et en y mettant en œuvre des ateliers préparés et animés par mes soins. Ces techniques se basent entre autre sur les récentes recherches en neurosciences, sur des exercices de musicothérapie et de psychomotricité mais se différent par leurs objectifs d'acquisitions scolaires. C'est ainsi que j'ai développé le concept de neuromusicotricité et réalisé un Travail d'Analyses, Études et Recherches sur le Travail Éducatif et la Formation durant deux ans sur le sujet suivant : «La ″Neuromusicotricité″ : un outil pédagogique au service de l'apprentissage de la lecture pour les élèves atteints de dyslexie et de TDA/H. » Ce mémoire a obtenu la plus grande distinction, mention très bien avec les félicitations du jury.

Afin d'élargir au maximum l'éventail des techniques dont je dispose pour compléter au mieux mes connaissances et pouvoir proposer les activités les plus appropriées lors de mes ateliers, j'ai également suivi une formation certifiante en Musicothérapie via l'Atelier de Musicothérapie de Bordeaux et publié un article dans la revue de l'A.M.Bx.